Terevaka, le plus haut volcan

Maunga Terevaka Isla de Pascua

Le volcan Terevaka, avec ses 511 mètres d’altitude, est le point culminant de l’île de Pâques. De son sommet, qui offre une vue panoramique de 360 °, vous pouvez apprécier les limites de l’île entourée par l’immense océan Pacifique et vous permettre de vivre la sensation de vivre dans l’un des endroits les plus isolés de notre planète.

PUBLICITÉ

Origine géologique

Conos volcánicos en el Terevaka

Cônes volcaniques éteints de Terevaka

Le volcan Ma’unga Terevaka, ou simplement Terevaka, est situé à l’extrémité nord du triangle formant l’île. Ses deux autres sommets sont composés par les volcans Poike et Rano Kau. Les trois sont maintenant inactifs, mais il y a des milliers d’années, les premiers jaillissements de lave émergèrent sous la surface de la mer, à l’origine du cône du Poike et, plus tard, du cône du Rano Kau.

Plus récemment, il y a environ 360 000 ans, le Ma’unga Terevaka est apparu et, contrairement aux deux précédents, il ne possède pas de cratère principal. En effet, son origine est le produit de nombreuses éruptions provenant d’un système de petits centres volcaniques orientés principalement vers le nord.

Le grand afflux de lave issu de ce système a formé le corps principal de l’île, annexant progressivement les cônes des îles volcaniques de Poike et de Rano Kau, ainsi que leurs centres parasitaires, donnant naissance à la silhouette triangulaire particulière que présente actuellement l’île de Pâques.

PUBLICITÉ

Les plus jeunes centres éruptifs sont situés dans le secteur Roiho. Parmi eux se trouve le Rano Aroi, un petit cratère avec une lagune intérieure recouverte de roseaux de totora, qui constitue la troisième réserve d’eau douce de l’île après les gisements de Rano Kau et de Rano Raraku.

Les autres cônes secondaires sont le Maunga Omo Anga, le Maunga Maea Horu et le Maunga Hiva Hiva, qui auraient émis des coulées de lave basaltique lors de certaines éruptions qui auraient eu lieu il y a 10 000 ans et qui correspondraient aux derniers épisodes volcaniques sur l’île. Cependant, il est probable que des éruptions mineures plus récentes se soient produites, il y a seulement 2 000 ou 3 000 ans, signe de la dureté de la surface et de la pauvreté du sol et de la végétation.

Ces coulées de lave ont provoqué une série de cavernes (tunnels et tubes de lave) d’un grand intérêt spéléologique, telles qu’ Ana Vai Teka, Ana Te Pahu, Ana Kakenga et Ana Te Pora, qui constituent l’un des plus longs systèmes de grottes volcaniques du monde.

Vestiges de l’occupation humaine

Laderas del volcán Maunga Terevaka en Isla de Pascua

Arbre solitaire sur les pentes onduleuses du Terevaka

En parcourant les pentes ondulantes du Ma’unga Terevaka, recouvertes d’herbe et parsemées d’arbres et d’arbustes isolés, il est difficile de croire qu’auparavant, la plus haute colline de l’île comptait de nombreux arbres et une population humaine importante.

Cependant, dans différentes parties du secteur, plusieurs ahu, centres cérémoniels ou autres vestiges archéologiques remarquables ont été découverts, ce qui démontre l’importance que les Terevaka avaient dans la vie des anciens indigènes.

Le propre nom de Terevaka donne un indice sur les différentes activités développer dans ses lieux. Bien qu’il y ait plusieurs interprétations, il semble que le sens littéral de Terevaka soit « extraire ou lancer des canoës » et pourrait faire référence au moment où la montagne était recouverte d’arbres (une sorte de palmier) d’où le bois était extrait.

PUBLICITÉ

Maisons en pierre

Au pied du Terevaka, plus de quatre cents fondations de maisons carrées et rectangulaires datant de 800 à 1300 après JC ont été découvertes. À l’intérieur, on a trouvé des outils pour travailler le bois. On pense donc qu’ils étaient occupés, peut-être temporairement, par les ouvriers chargés de couper les grands arbres utilisés pour la fabrication de pirogues de pêche et le matériel nécessaire pour extraire et transporter le moai, les grandes statues de cérémonie.

En savoir plus sur Les moai, les statues gigantesques

Des structures similaires ont été découvertes à Vai Atare, de l’autre côté du village d’Orongo, dans le cratère de Rano Kau. Ici, les carrières de basalte étaient concentrées, d’ où s’extrayaient les pierres rectangulaires utilisées dans la construction. Dans le petit cratère du Rano Aroi, un gisement de basalte a également été exploité dans le même but et pour fabriquer le toki, les outils permettant de sculpter les statues.

Ava Ranga Uka

Vista de la quebrada Ava Ranga Uka en el Terevaka

Vue du ravin Ava Ranga Uka dans le Terevaka | Photo: DAI/C. Hartl-Peiter

Sur l’île de Pâques, il n’y a pas de rivières ni de ruisseaux due  à la particulière géographie du terrain et de la grande porosité de la roche volcanique, qui absorbe l’eau de pluie et forme des dépôts souterrains. Cependant, dans le Terevaka, l’eau coule par intermittence dans le ravin d’Ava Ranga Uka depuis un petit lagon appelé Vaipu près de Rano Aroi et redescend à des niveaux inférieurs.

Le nom de la quebrada (ava) vient d’une ancienne légende qui raconte le triste sort  d’une jeune fille (uka) décédée noyée à cet endroit. Et c’est que lorsqu’il pleut intensément, le canal du ravin mène à un puissant torrent qui entraîne tout sur son passage. Dans cet endroit d’une beauté singulière, dont le nom complet est Ava Ranga Uka, il existe de nombreuses fougères et une flore endémique de l’île qui doivent être protégées.

Depuis plusieurs années, des études archéologiques sous la direction de l’archéologue allemand Bukhard Vogt, appartenant à l’Institut Allemand D’archéologie (DAI), se sont développées dans le ruisseau. Les fouilles ont mis en évidence deux barrages et un étang en pierre, qui auraient été utilisés entre 1300 et 1600 après JC. Ces vestiges montrent comment les anciens habitants avaient appris à contrôler l’approvisionnement en eau, bien rare sur l’île de Pâques, pour assurer la consommation et l’irrigation des cultures.

Ahu Hanua Nua Mea, le ahu de l’arc-en-ciel

Moai derribado en el Ahu Hanua Nua Mea o ahu del arco iris en el Terevaka Isla de Pascua

Moai renversé dans le Ahu Hanua Nua Mea ou ahu arc-en-ciel | Photo: Parc National Rapa Nui

Le ahu Hanua Nua Mea, qui signifie ahu de l’arc-en-ciel, se trouve à quelques mètres de l’ancien ouvrage hydraulique, au centre géographique de l’île, à environ 200 mètres d’altitude. Sa structure se compose d’une terrasse centrale d’environ 20 x 3,30 m et contient un seul moai renversé sur le sol.

La statue, qui est assez bien conservée et mesure 3,40 mètres, présente la particularité de ne pas avoir les orbites sculptées. On sait que tous les moai qui furent érigés sur leurs plates-formes étaient taillés dans les bassins où ils inséraient plus tard les yeux de corail qui leur donnait la « vie » et le pouvoir spirituel. Il est étrange qu’après l’énorme effort de transport de cette image des carrières de Rano Raraku et de son chargement à son emplacement, il ait été décidé de ne pas terminer le travail.

Conseils pour visiter le Terevaka

Ascendiendo el Terevaka a caballo Isla de Pascua

Ascension du Terevaka à cheval

L’ascension vers le Terevaka n’est généralement pas une priorité pour les voyageurs qui disposent de peu de jours pour visiter l’île, car la visite des sites archéologiques les plus importants occupera la majeure partie de leur temps. Cependant, pour ceux qui ont la chance de profiter de plus de 3 jours sur l’île de Pâques et qui aiment faire de la randonnée, il est vivement recommandé de passer une matinée ou un après-midi à faire cette excursion.

En savoir plus sur les excursions et les visites sur l’île de Pâques

Les agences de tourisme de l’île proposent de plus en plus d’activités liées à la nature qui complètent les circuits classiques organisés, essentiellement destinés à l’observation des moai. Les propositions pour le Terevaka reposent principalement sur l’ascension au sommet en trekking ou à cheval avec un guide expérimenté. L’équitation est une expérience unique car elle vous permet de connaître l’île sans hâte et de retrouver le sentiment de l’aventure.

En savoir plus sur Randonnées à cheval sur l’île de Pâques

Pour ceux qui ne souhaitent pas prendre l’une de ces excursions, vous avez la possibilité de monter par vous-même, en suivant les instructions détaillées ci-dessous, car l’itinéraire est sûr et sans difficulté.

Dans tous les cas, il est nécessaire d’acheter d’avance l’entrée du parc national de Rapa Nui. Bien que l’entrée soit valide pendant 10 jours pour visiter les différents sites d’intérêt, la visite à Orongo et la carrière du volcan Rano Raraku ne peuvent l’ être qu’une fois. Il est donc conseillé de planifier ce que vous voulez voir chaque jour.

En savoir plus sur le Parc National Rapa Nui

L’accès le plus courant se fait par la route qui commence à Ahu Akivi. Quelques mètres avant d’entrer sur le site, il y a un kiosque dans le parc national, où il est nécessaire de présenter le billet. Plus loin, il y a un parking pour laisser les véhicules. A proximité se trouve un petit établissement qui vend de l’artisanat, des souvenirs et où vous pouvez manger et boire quelque chose. Il existe également des toilettes publiques dont l’utilisation coûte 500 pesos.

Vista de Hanga Roa desde el Terevaka Isla de Pascua

Vue de Hanga Roa depuis le Terevaka

Il est conseillé d’apporter de la crème solaire, des vêtements confortables et des chaussures de sport avec une semelle épaisse, car les chemins du parcours sont escarpées, il y a pas mal de cailloux et ils peuvent être glissants, surtout s’il a plu récemment. Malgré la faible altitude du Terevaka, le climat au sommet peut être très différent de celui de la base, il est donc conseillé de porter un coupe-vent ou un imperméable pour se protéger des vents forts et des averses occasionnelles.

Bien que l’ascension au Terevaka puisse se faire à tout moment, il est préférable de le faire tôt le matin ou au coucher du soleil pour éviter le soleil intense des heures centrales, car il n’y a pas d’ombre pour se protéger.

Par temps clair, la vue depuis le sommet est superbe et vous pouvez voir les extrémités de l’île avec l’immense océan qui l’entoure. Au sud-est, on distingue la colline Pu’i, Rano Raraku et Poike; et au sud-ouest, on peut voir la ville de Hanga Roa sous la pente du volcan Rano Kau. Cependant, si la journée est pluvieuse ou très couverte, cela ne vaut pas la peine, car l’expérience peut être frustrante.

Comment se rendre à Ma’unga Terevaka

Inicio del sendero al Terevaka desde Ahu Akivi Isla de Pascua

Départ du sentier vers Terevaka depuis Ahu Akivi

Avant de commencer l’ascension vers Ma’unga Terevaka, il est nécessaire de s’approcher au pied du volcan de Hanga Roa. Il y a deux accès principaux à la base d’où vous pouvez commencer la visite. Le premier se trouve devant les anciennes installations de Fundo Vaitea. Pour arriver ici, vous devez prendre la route principale qui traverse l’île qui mène à Anakena et parcourir 8,5 km depuis Hanga Roa. En véhicule, ils ne dureront que 10 minutes et à pied une heure et demie.

L’autre accès, le plus fréquent, se situe à quelques mètres d’Ahu Akivi, à 5,5 km de Hanga Roa, le long du sentier de l’Ara Piki qui commence à l’église de Santa Cruz. Ici, vous pouvez vous y rendre en un peu plus d’une heure de marche ou en quelques minutes en voiture.

En savoir plus sur les transports à l’île de Pâques

Pour ceux qui souhaitent économiser de l’énergie et arriver en voiture jusqu’au début des routes, ils peuvent en louer une et la garer sur le parking ou bien prendre un taxi pour les laisser et les récupérer à une heure convenue.

Cima del Terevaka en Isla de Pascua

Un montículo de piedras indica la cima del Terevaka

Une autre option fantastique consiste à atteindre ces points à vélo, car la distance est courte et le terrain ne présente aucune difficulté. Si  vous êtes très en forme, vous pourrez être encouragé à affronter les dénivelés qui vous séparent de la fin. Il est possible de louer des vélos à Hanga Roa, où ils fournissent également aux clients des cartes et tout le nécessaire pour leurs visites.

En savoir plus sur Rouler à vélo sur l’île de Pâques

Quel que soit le point de départ choisi, l’ascension au sommet du volcan ne peut se continuer qu’ à cheval, à pied ou en VTT, lors d’une excursion d’environ 4 heures (aller-retour). D’Akivi, le trajet dure environ 3,5 km et Vaitea, 4,5 km. Auparavant, les pistes étaient également ouvertes aux véhicules à moteur, mais elles ont été fermées pour protéger le terrain fragile de l’érosion. Il s’agit d’un itinéraire peu fréquenté, de sorte que le visiteur se retrouvera seul et jouira d’une sensation de sérénité absolue.

Près du sommet, plusieurs cratères se détachent parmi les pâturages et peuvent parfois induire le randonneur à l’  erreur. Le point culminant de l’île se situe plus au nord et est signalé par un tas de pierres et de bâtons, généralement couronné par un crâne de cheval.

Carte

Mon emplacement
Itinéraires

PUBLICITÉ

Lieux à proximité

Cela peut vous intéresser…


×
Simple Share Buttons