Vinapu, le mur « Inca » de Rapa Nui

Vinapu, un grand travail mégalithique

Vista general del Ahu Tahira en Vinapu en Isla de Pascua

Vue générale de l’Ahu Tahira à Vinapu

Vinapu est un complexe archéologique situé sur une vaste esplanade au bord de la côte sud de l’île, où se termine la piste d’atterrissage de l’aéroport. Des vestiges de trois plates-formes ont été découverts desquels deux ahu d’une grande monumentalité se détachent.

Ici, comme dans d’autres centres cérémoniels, tous les moais ont été démolis aux XVIII et XIXe siècles, lors des guerres qui eurent lieu entre les différents clans de l’île.

À Vinapu, les statues passent à un deuxième plan, comme il se distingue à cet endroit, c’est le grand domaine des techniques de construction et de sculpture qui ont été développées pour la construction de l’ahus ou des plates-formes de l‘île de Pâques.

Voici une façon de travailler la pierre qui n’existe dans aucune autre partie de la Polynésie et qui a donné lieu à de nombreuses théories sur les origines de la population de l’île, qui la relient à la culture inca de l’Amérique du Sud.

Ahu Tahira, un mur « Inca » à Rapa Nui

Moai derribados en la parte delantera del ahu Tahira en Vinapu Isla de Pascua

Moai renversé devant l’ahu Tahira

Dans le principal ahu appelé également Vinapu I ou Tahira, situé à gauche de la route, se trouvent six statues tombées face contre terre avec trois des pukao qui les ont couronnées. Son orientation, comme dans de nombreuses autres plates-formes de l’île, est liée à la position des étoiles. Dans ce cas, elle est orientée à l’est du solstice d’hiver.

De dos face à la mer, il y a un autre moai enterré dont seule la tête fait surface. Sa silhouette est très détériorée par l’érosion et on se rend compte que les orbites ne sont pas sculptées. On en déduit qu’il n’a jamais atteint la plate-forme.

Cabeza de moai enterrada en la parte posterior del ahu Tahira en Vinapu Isla de Pascua

Tête de Moaï enterrée à l’arrière de l’ahu Tahira

Derrière la statue, se dresse le mur du fond de l’ahu qui est à l’origine de la renommée et des diverses théories de ce lieu unique sur l’île. Ce mur énigmatique montre l’une des plus belles œuvres de l’architecture rapanui. Il est constitué de gros blocs de pierre de plusieurs tonnes, assemblés sans mortier et ajustés avec une grande précision et un grand sens esthétique.

Cette construction a une grande ressemblance avec les structures que l’on peut observer dans la forteresse de Saysachuaman et dans la citadelle de Machu Picchu au Pérou. Cette similitude surprenante a conduit la communauté scientifique à la conviction de possibles contacts entre les anciens habitants de la Polynésie et de l’Amérique du Sud.

Vinapu et Tupac Yupanqui

El famoso muro "inca" del ahu Tahira en Vinapu Isla de Pascua

Le fameux mur “inca” de ahu Tahira à Vinapu

Selon une théorie, Vinapu aurait été construit par l’Inca Tupac Yupanqui lors de son expédition dans le Pacifique. L’historien péruvien José Antonio del Busto soutient cette théorie à partir des chroniques écrites au XVIe siècle par les chroniqueurs espagnols Pedro Sarmiento de Gamboa, Martín de Murúa et Miguel Cabello de Balboa.

Selon ces chroniques, Tupac Yupanqui, se trouvant dans la zone nord du Pérou, prit conscience de l’existence d’îles éloignées et décida d’ aller les conquérir. Il prépara un grand nombre de radeaux de navigation et, avec 20 000 guerriers, il arriva sur des îles nommées Ninachumbi et Auachumbi.

José Antonio del Busto affirma que ces deux îles pouvaient être Mangareva (en Polynésie française) et l’île de Pâques. Il déclara avoir trouvé plusieurs preuves qui le prouvaient, notamment le fait qu’il exista Mangareva une légende selon laquelle un roi Tupa serait venu de l’Est sur un radeau à voile, transportant des orfèvres, de la céramique et des textiles. Une histoire très similaire existerait aux îles Marquises.



L’historien français Jean Hervé Daude affirme que les plates-formes de Vinapu étaient fabriquées de la même manière que les chullpas de Sillustani, près du lac Titicaca au Pérou, les mêmes que celles qui furent élevées à l’époque de Tupac Yupanqui. Les deux bâtiments sont formés par une façade en pierre qui soutient les gravats qui servent de matériau de remplissage. Il souligne également que sur l’île de Pâques, l’Inca se serait appelé Mahuna-te Ra’a, ce qui signifie « fils du soleil ».

Controverses et théories mises à part, cela restera pour le moment un autre des grands mystères de l’île de Pâques.

Ahu Vinapu

Pukao en primer plano en el ahu Vinapu Isla de Pascua

Pukao au premier plan dans l’ahu Vinapu

L’Ahu Vinapu connu sous le nom de Vinapu II, situé à droite de l’Ahu Tahira, est la plate-forme plus ancienne. Cinq moai sont renversés et plusieurs pukao sont dispersés. Il y a une énorme coiffe en pierre rouge à la surface de laquelle une taheta ou une cavité a été sculptée pour recueillir l’eau de pluie.

Mais la principale attraction de cet endroit est la colonne rouge particulière qui se dresse devant l’ahu. Découverteet remontée de nouveau par l’archéologue William Mulloy lors de l’expédition de Thor Heyerdahl en 1956, il est faite de scories rouges, du même matériau que le pukao, sculpté dans la carrière du volcan Puna Pau.

Columna de escoria roja representando a un moai femenino Vinapu Isla de Pascua

Colonne de scories rouges représentant une femelle moai

Il semble que cette « colonne » érodée représente en réalité un singulier moai féminin, comme le montrent les détails de sa surface. Selon certains témoins, il aurait pu avoir à l’origine deux têtes et il aurait pu être utilisé pour tenir une armature en bois où, dans l’antiquité, ils mettaient les corps à sécher avant d’être inhumés.

Les statues trouvées représentant le genre féminin sont très rares. À côté de la « colonne » de Vinapu, il se détache le moai femelle trouvée à l’expédition d’Anakena par Heyerdahl, et que l’on peut maintenant voir au Musée Sebastian Englert.

Il reste des vestiges d’une troisième plateforme, appelée Vinapu III, qui serait la plus ancienne du complexe, mais il ne reste presque plus aucun tas de pierres. Cette zone a été supprimée pour installer de grands réservoirs de carburant de la société ENAP situés à l’extrême droite et constituant la principale réserve d’essence et de kérosène qui alimente l’ île.

Comment se rendre à Vinapu

Pour accéder à Vinapu depuis Hanga Roa, prenez l’avenue Hotu Matu’a qui est parallèle à la piste d’atterrissage de l’aéroport de Mataveri. En passant les réservoirs de carburant, vous devez tourner à gauche jusqu’à ce que vous atteigniez une fourche dans les chemins de terre. En prenant la deuxième à droite, un panneau indique la route qui mène à Vinapu.

Carte

Mon emplacement
Itinéraires

PUBLICITÉ

Lieux à proximité


Cela peut vous intéresser…


×
Simple Share Buttons