Orongo, le village de cérémonie

Orongo la aldea ceremonial de Isla de Pascua

Le village de cérémonie d’Orongo est l’un des sites archéologiques les plus intéressants et spectaculaires de l’île de Pâques. Ici a eu lieu un ancien rituel qui inspire encore les compétitions du festival Tapati Rapa Nui.

Un site sacré et spectaculaire

La aldea de Orongo está situada en el borde más estrecho del volcán Rano Kau

Le village d’Orongo est situé sur le bord le plus étroit du volcan Rano Kau

Le site archéologique d’Orongo est situé dans la partie sud-ouest du volcan Rano Kau, dans une bande étroite entre le bord du cratère qui entoure la lagune et le précipice qui descend presque perpendiculairement à la mer, en face des îlots Motu Nui, Motu Iti et Motu Kao Kao.

Le village d’Orongo était habité de façon saisonnière par les chefs et les personnages principaux des anciennes tribus, qui espéraient recueillir le premier œuf sacré de l’oiseau manutara au printemps.

C’était une célébration d’origine religieuse, en l’honneur du dieu créateur Make Make, qui atteignait son apogée lors du concours Tangata Manu. Ceux qui prenaient part à cette cérémonie vivaient à cette époque dans des maisons spécialement construites à cet effet et présentait un type architectural particulier.

Les maisons du village cérémonial

Casas de Orongo

Maisons d’Orongo

On pense que les premières constructions à Orongo n’étaient pas liées au culte de manutara. En fait, juste avant le début du village, sur le bord qui regarde le lagon, se trouvent les restes d’un petit ahu ou d’une plate-forme. Seule la base au sol d’un seul moai est conservée, ce qui, selon certaines hypothèses, pourrait être le célèbre moai Hoa Hakanai’a.

Devant l’ahu, vous pouvez voir des trous dans les pierres, qui auraient pu servir d’observatoire astronomique pour déterminer la position du soleil.



Les premières maisons de pierre à Orongo semblent avoir été construites vers 1400 après JC d’ après  l’affleurement des rochers qui s’élèvent au centre du village.

Au fil du temps et en particulier autour de la cérémonie du Tangata Manu, 54 maisons alignées au bord du cratère ont été construites, formant trois ensembles indépendants face à la mer. Presque toutes les maisons ont été pillées et détruites lors des différentes expéditions européennes et reconstruites à plusieures reprises au cours des dernières décennies.

Detalle de los muros y accesos de las casas de Orongo

Détail des murs et des accès des maisons d’Orongo

Sur les bords du cratère se trouvent des dalles laminaires basaltiques, appelées keho. C’est le matériau utilisé pour soulever les épais murs rembourrés d’une épaisseur pouvant atteindre 2 mètres. Le toit est formé de dalles plus longues, placées horizontalement sur les murs comme une voûte. Sur ceux-ci il y a d’autres dalles plus petites.

Enfin, le toit était recouvert d’une épaisse couche de terre et de pierres sur lesquelles l’herbe poussait, donnant stabilité à la construction et protection contre les intempéries.

Les maisons ont un sol ovale d’une longueur variable de 6 à 12 mètres et d’une largeur maximale d’environ 2 mètres. La hauteur intérieure est basse, de 1 à 2 mètres dans le meilleur des cas, car la plupart d’entre eux ne se maintiendraient debout. Certaines sont reliées entre elles par d´étroits couloirs.

L’accès aux maisons, se trouve à l’avant donnant sur la mer et sa taille réduite en forme carrée, oblige à entrer et sortir en rampant ou même en se trainant. C’était la seule ouverture dans la structure par laquelle la lumière pénétrait, de sorte que l’intérieur est sombre et difficile à ventiler, il n’était utilisé que pour dormir.

Casa a medio restaurar donde se aprecia la forma de construcción Orongo

Maison à moitié restaurée où la forme de construction peut être appréciée

En entrant dans le village, près du bord de la falaise, deux maisons ont été laissées non restaurées intentionnellement pour en apprécier la structure interne.

Ici, l’idée de construire des maisons aux murs solides au lieu d’utiliser des fibres végétales, comme dans les hangars à bateaux traditionnels (hare vaka ou hare paenga) que l’on trouve dans le reste de l’île, est née de la nécessité de se protéger des vents forts qui fouettent cet endroit.

En fait, il semble que la première option de logement ait été le hare paenga (des abris), comme en témoignent les blocs de basalte recyclés d’anciens hangars à bateaux trouvés dans certains murs et en particulier dans les ouvertures de certaines des portes étroites.

Cependant, les conditions météorologiques défavorables, la disponibilité de dalles de basalte en tant que matière première et l’application d’une technique de construction plus simple ont conduit à la conception d’un ensemble architectural unique sur l’île.

Les peintures rupestres

Pinturas sobre piedras laja en el interior de una de las casas de Orongo

Peintures représentant des figures d’Ao à l’intérieur d’une des maisons d’Orongo | Photo: MAA Consultores

Dans certaines des maisons, des peintures intéressantes liées à la cérémonie de l’homme-oiseau ont été trouvées. En général, les grandes dalles verticales sur le mur opposé à l’entrée de la maison ont été peintes de manière à recevoir l’éclairage de l’extérieur.

Des pigments naturels de rouge, de noir et de blanc ont été utilisés pour représenter différents modèles. Les plus répétés sont la figure du Tangata Manu ou homme-oiseau, seul ou à deux; la figure de l’Ao (bâton de cérémonie en forme de rame) avec des visages humains très schématiques; et le masque du dieu Make Make avec de grandes orbites.

Pinturas representando a dos hombres pájaro enfrentados y a un manutara en Orongo

Peintures représentant deux hommes-oiseaux se faisant face et un manutara | Photo: Gerogia Lee

Un autre dessin qui se répète et est très intéressant est celui des voiliers européens, semblables à ceux que l’on retrouve dans la grotte d’Ana Kai Tangata. Cette représentation conjointe des bateaux et des oiseaux trouvés à la fois dans la grotte et dans le village rituel confirme un fort lien entre les deux lieux.

Les chercheurs suggèrent que pendant une certaine période de l’histoire, les habitants de l’île considéraient les visiteurs européens comme des messagers de l’au-delà, arrivant et disparaissant dans l’océan comme le faisaient les oiseaux migrateurs. Cette curieuse relation aurait pu être renforcée par le fait fortuit qu’une grande partie des visites des navires arrivant sur l’île de Pâques coïncidaient avec le printemps et l’automne méridional, lors de la cérémonie de l’homme-oiseau.

Malheureusement, une grande partie des peintures a été perdue, car beaucoup de ces dalles ont été pillées par des expéditions successives et sont maintenant exposées dans plusieurs musées à travers le monde. Parmi les rares restant dans leur lieu d’origine, leur état de conservation a été affecté en raison de l’humidité intérieure des maisons, raison pour laquelle les détails et les couleurs sont à peine reconnus.

Le Moai Hoa Hakanani’a

Vista frontal y lateral del moai Hoa Hakananai’a

Vue de face et de côté du Moai Hoa Hakananai’a | Photo: British Museum

L’un des éléments les plus impressionnants du village d’Orongo est un moai en basalte appelé Hoa Hakananai’a, que l’on pourrait traduire par « le brise-lames ». Ce moai, haut de 2,5 mètres, est unique, non seulement parce qu’il a été fabriqué en basalte, la matière première la plus dure disponible, mais aussi parce qu’il représente la continuité et le changement qui se produisaient dans la culture antique.

Ce moai a créé un lien crucial entre l’ancien culte des ancêtres et le nouveau culte de l’homme-oiseau. Son front montre la forme classique de la période de la floraison des grandes statues et sur le dos, tous les motifs représentant la phase suivante sont enregistrés: tangata manu (homme-oiseau), ao (aviron à double pique, symbole du pouvoir), et komari (vulve, symbole de la fertilité).

Ce moai exceptionnel, qui aurait pu faire partie du primitif ahu de Orongo, fût semi-enterré dans l’une des maisons du secteur central du village, appelée Taura Renga. Il fût extrait en 1868 par l’équipage du cuirassé anglais Topaze et a depuis été hébergé au British Museum de Londres. L’autre nom par lequel ce moai est malheureusement connu est celui de « l’ami volé ».

Les pétroglyphes d’Orongo

Petroglifos de hombres pájaro en Mata Ngarau

Pétroglyphes d’hommes oiseau à Mata Ngarau

Les rochers entourant le village sont recouverts de plus de 1 700 pétroglyphes, faisant d’Orongo le lieu avec la plus grande concentration d’art rupestre de l’île.

Bien qu’il a été retrouvé des gravures à plusieurs endroits d’Orongo, le foyer qui attire toute l’attention est le dernier groupe de maisons situé au bas de la falaise, qui descend jusqu’à l’immense «bouchée» du cratère appelé Kari Kari.

À cet endroit appelé Mata Ngarau, la construction qui contient six chambres individuelles reliées les entre-elles, sont attachées à deux ensembles naturels de roches, formant un demi-cercle qui entoure une chaussée de pierre plus ou moins plate.

Roca natural grabada con petroglifos

Roche naturelle gravée de pétroglyphes

Les rochers et la chaussée sont presque entièrement recouverts de gravures, certaines très effacées par le passage du temps. Une partie des gravures est recouverte par la structure des maisons, ce qui montre que certaines ont dû être faites avant sa construction.

Le thème ou motif principal qui se distingue parmi les centaines de reliefs est une figure avec un corps humain en position fœtale et une tête d’oiseau avec un long bec, qui semble représenter la frégate (bien que le rituel soit basé sur les sternes à bec court). Il s’agit de l’être mythologique connu sous le nom de Tangata Manu ou homme-oiseau.

À quelques exceptions près, toutes les images apparaissent de profil, certaines représentent des couples confrontés de ces êtres et trois d’entre elles représentent l’homme-oiseau tenant un œuf à la main. Ils ont compté plus de 400 personnages de cette classe à Orongo. Une interprétation possible est que chaque image représente un gagnant du concours.

Relieve de Make Make junto a un hombre pájaro en Orongo

Relief de Make Make à côté d’un homme-oiseau

Outre les silhouettes abondantes du tangata manu, le reste des pétroglyphes montre également des animaux tels que des oiseaux de mer, des poissons et des tortues; et deux autres motifs très répétés.

Le premier est un visage aux grands yeux, semblable à un masque ou bandeau censé représenter le dieu Make Make. Sur certains de ces visages, un nez proéminent rappelle celui des organes génitaux masculins.

La seconde est la vulve féminine ou komari, qui est la conception la plus courante de l’art rupestre de l’île. À Orongo, il y en a plus de 300 et on les trouve également à l’intérieur des maisons de cérémonie. Cet intérêt pour les symboles de la fertilité est plus pertinent dans la dernière phase de l’ancienne culture Rapanui, car beaucoup sont gravés sur les dessins des hommes-oiseaux.

La cérémonie de l’homme-oiseau

Vista de los islotes o motus desde Mata Ngarau

Vue des îlots ou motus de Mata Ngarau

On ne sait pas en détail comment la concurrence de l’homme-oiseau ou du tangata manu surgi. Selon la tradition, une fois abandonné le culte des ancêtres que représentaient les moai et compte tenu de la perte de prestige de l’ancien ordre politique et religieux, des groupes tribaux opposés se présentaient prêts à prendre le pouvoir.

Vers la fin du XVIIème siècle, il s’ établi que le meilleur moyen de parvenir au pouvoir consistait à organiser un concours annuel basé à Orongo, dans lequel le lauréat jouirait d’une série de droits et de privilèges sur ses concurrents tout au long de son mandat.

À l’approche du printemps, les groupes les plus puissants s’organisaient pour participer au concours. Ils se rencontraient dans le grand village de Mataveri, puis montaient au moment opportun à Orongo. Chaque clan nommait un représentant, le hopu manu.

En savoir plus sur le Concours Homme-oiseau ou Tangata Manu

Au point culminant des festivités et des rituels, ils devaient descendre la falaise d’Orongo et se rendre au Motu Nui à l’aide de flotteurs totora appelés pora.

Là-bas, ils attendaient l’arrivée des oiseaux de mer jusqu’à ce que certains d’entre eux avaient le premier œuf du Manutara. Le vainqueur annonçait à son équipe le résultat, ce qui immédiatement transformait son chef en élu par le Make Make pour devenir le tangata manu de cette saison, jusqu’au printemps suivant.

Actuellement, certaines de épreuves qui ont lieu pendant le festival Tapati Rapa Nui sont inspirés par le concours de l’homme-oiseau. Par cnséquent tous ceux qui ont la chance d’y assister peuvent remémorer les anciennes traditions de l’île.

Conseils pour visiter Orongo

Visitantes en la aldea de Orongo Isla de Pascua

Visiteurs dans le village d’Orongo

La visite à Orongo peut se faire en prenant certaines des excursions proposées par la plupart des agences de tourisme de l’île. Le village cérémoniel d’Orongo est inclus dans ses circuits d’une demi-journée, guide et transport inclus, où vous pourrez également visiter la grotte Ana Kai Tangata et le volcan Rano Kau.

En savoir plus sur les Excursions et les visites sur l’île de Pâques

L’autre option est de le faire soi-même. Dans ce cas, vous devrez louer un véhicule ou y aller à pied.

Dans tous les cas, il est nécessaire d’acheter au préalable l’entrée du parc national de Rapa Nui pour accéder au site. Bien que l’entrée soit valide pendant 10 jours pour visiter les différents sites d’intérêt, la visite à Orongo et la carrière du volcan Rano Raraku ne peuvent l’ être qu’une seule fois.

En savoir plus sur le Parc National de Rapa Nui

Le billet doit être présenté dans les locaux du parc national, dont l’accès reste ouvert de 9h à 18h. Ici, plusieurs panneaux explicatifs de la place sont exposés et ils ont des services d’hygiène à l’usage des visiteurs.

Il est conseillé d’apporter des vêtements chauds, car dû à la hauteur et la position non protégée face à l’océan, le vent est généralement fort à Orongo et il peut même faire parfois froid.

Bien que la visite à Orongo soit impressionnante à tout moment, elle l’est particulièrement au coucher du soleil, car celui-çi éclaire les maisons et les pétroglyphes de sa lumière chaude lorsqu’ il se trouve derrière les îlots mythiques.

Comment se rendre à Orongo

Inicio del sendero Te Are O Te Ao que conduce al Rano Kau y a Orongo

Départ du sentier Te Ara O Te Ao qui mène à Rano Kau et Orongo

Il y a plusieurs façons de se rendre à Orongo en voiture ou à pied. En voiture, depuis Hanga Roa, vous devez prendre la route de l’aéroport et tourner à droite. Vous traverserez la seule station-service de l’île et continuerez jusqu’au bout, où vous trouverez un parking pour y laisser le véhicule.
Vous pouvez également monter à vélo sur la même route. La montée est assez raide mais si vous êtes en forme, la vue et le plaisir d’y arriver en pédalant à Orongo en valent la peine.

Sur la route de montée, avant d’arriver au parking, il y a un endroit appelé « le mirador de l’île » d’où vous aurez une vue magnifique sur la piste de l’aéroport de Mataveri, la ville de Hanga Roa et au fond le Terevaka, le point culminant de l’île de Pâques.

Pour marcher, il faut suivre le sentier Te Ara ou Te Ao qui part des jardins de la CONAF en passant par la grotte Ana Kai Tangata et qui étaient utilisée lors de la cérémonie du Tangata Manu par les participants pour monter au village rituel. Le parcours est plus ou moins balisé et dans tous les cas difficile à perdre, en cas de doute, vous devez toujours monter.

La promenade jusqu’au mirador du volcan Rano Kau est d’environ une heure. Une fois là-bas, vous pouvez continuer sur la route pour parcourir le dernier kilomètre ou suivre le chemin étroit qui longe le cratère jusqu’à Orongo. Dans ce dernier cas, vous pourrez profiter d’une vue imprenable sur le volcan.

Carte

Mon emplacement
Itinéraires

PUBLICITÉ

Lieux à proximité


Cela peut vous intéresser…


×
Simple Share Buttons