Tahai, le meilleur coucher de soleil sur l’île

Le complexe cérémonial de Tahai est l’un des sites les plus intéressants de l’île de Pâques, car il combine les  vestiges archéologiques d’une grande importance historique avec un paysage d’une grande beauté situé en face de l’océan Pacifique.

PUBLICITÉ

Un lieu historique et privilégié

Vista general de complejo de Tahai en Isla de Pascua

Vue générale du complexe archéologique de Tahai

Le site archéologique de Tahai est l’un des plus anciens peuplements de l’île dont les vestiges les plus anciens remontent à 700 après JC. Il semble que ces terres aient été occupées par le clan Marama, et peut-être par le clan Miru, pour en faire son centre politique et religieux. Selon la tradition, Tahai était le dernier lieu de résidence de Ngaara, le dernier ariki mau ou souverain de haut rang, décédé et enterré ici.

L’occupation de Tahai par les premiers colons n’était pas fortuite. À cet endroit, ils avaient un accès confortable à la mer pour aller à la pêche et un approvisionnement régulier en eau douce provenant de sources souterraines.

PUBLICITÉ

Le site de Tahai occupe une vaste zone d’un peu plus de 250 mètres du nord au sud et d’environ 200 mètres d’est en ouest. Dans cette section, le terrain descend en pente douce de l’intérieur jusqu’à la côte, où se forme une petite crique appelée Hanga Moana Verovero.

Ce site est un bon exemple de la façon dont les anciens habitants ont modifié l’environnement naturel pour l’adapter à leurs besoins. Pour obtenir le résultat final observé, ils ont dû niveler et remplir le terrain de milliers de mètres cubes de terre et de pierre.

Vestiges d’un ancien village

Restos de los cimientos de una hare paenga o casa bote en Tahai

Restes des fondations d’une hare paenga ou maison-bateau

Tahai est le plus grand centre archéologique et le mieux restauré de ceux situés aux environs de Hanga Roa. Les éléments trouvés à Tahai suivent le modèle de peuplement trouvé dans d’autres parties de l’île, ce qui nous permet de comprendre le mode de vie des anciens habitants.

Plusieurs chambres funéraires ont été localisées et destinées aux chefs de la communauté ainsi que des vestiges de maisons-bateaux ou hare paenga utilisés par les personnages les plus âgés et leurs familles.

Ces constructions, appelées ainsi parce que leur forme ressemble à celle d’un bateau inversé, consistaient en une base de pierres percée de trous formant une longue ellipse, dans laquelle étaient insérés des perches en bois servant de support à un toit en herbe.

Ils avaient une seule ouverture étroite et une sorte de terrasse avec des galets en forme de demi-cercle. On pense qu’ils avaient l’ habitude de passer simplement la nuit à l’intérieur.

Cueva que sirvió de refugio o vivienda en la parte superior de Tahai

Grotte servant d’abri ou de logement situé au sommet de Tahai

Selon les analysent faites de l’architecture et des autres structures découvertes lors du processus de restauration, effectué entre 1968 et 1970 par William Mulloy et Gonzalo Figueroa, on estime qu’entre 75 et 200 personnes y ont vécu. Cependant, il semble que la plupart d’entre eux aient utilisé les grottes et les abris rocheux à proximité comme habitations, qu’ils ont modifiées pour les rendre plus habitables.

En savoir plus sur les grottes de l’île de Pâques

Situés dans la partie moyenne et supérieure de l’espace, il y a plusieurs poulaillers ou hare moa. Ces structures de pierre allongées avec de petites entrées servaient à regrouper les poulets et les poules durant la nuit pour les empêcher de s’échapper ou d’être volés.

Il y a un hare moa de style classique au sommet près du belvédère. Plus bas, d’autres structures ont été construites en tirant parti de l’inégalité du terrain et qui rappellent par leur forme les maisons d’Orongo. Il semble qu’ils aient également été utilisés comme poulaillers au cours de la dernière période d’occupation de Tahai, mais il n’est pas exclu qu’ils auraient pu remplir d’autres fonctions telles que le logement ou le stockage.

Vista de uno de los hare moa o gallinero de Tahai en Isla de Pascua

Vue de l’une des structures en pierre de Tahai utilisées comme poulailler

Les autres constructions domestiques que l’on peut trouver sont les tahetas ou les pierres taillées en forme de cuvette pour recueillir l’eau de pluie, les restes d’umu pae ou les fours de cuisson faits de pierres et situés un peu plus au nord, de l’autre côté du mur, près de petites grottes, il existe plusieurs manavai ou cercles de roche utilisés pour protéger les cultures.

Les trois ahus de Tahai

Mais sans aucun doute, l’attention de Tahai est concentrée sur ses trois plates-formes de cérémonie ahu ou cérémoniales situées sur la petite falaise rocheuse qui s’élève au-dessus de la mer. Les autels forment une ligne visuelle qui met en relief ce cadre magnifique. Si vous regardez directement les statues, le premier à gauche avec cinq moai est l’Ahu Vai Uri, le second est l’Ahu Tahai et le dernier portant un pukao ou un chapeau est l’Ahu Ko Te Riku.

PUBLICITÉ

Ahu Vai Uri

Vista del Ahu Vai Uri con su variedad de moai en Tahai Isla de Pascua

Vista del Ahu Vai Uri con su variedad de moai

Ahu Vai Uri, dont le nom pourrait se traduire par eau sombre ou eau verte, est la plate-forme avec le plus grand nombre de statues érigées. Sa construction date de 1200 après JC. et ses cinq moai restaurés sont un échantillon des différents styles avec lesquels ils ont été sculptés.

Le premier à droite est actuellement un morceau de roche à peine reconnaissable. Cependant, celle qui suit, beaucoup mieux conservée que la première à gauche, est plus basse et plus robuste que les autres et montre une expression sinistre.

En savoir plus sur les moai, les statues gigantesques

Il manque une statue sur le piédestal situé plus à gauche. Il semble que le moai qui devrait l’occuper se trouve maintenant à quelques mètres plus au sud, près de la tombe de Mulloy, renversé au sol, à côté d’une tête de pierre usée.

Ahu Tahai

En primer plano, el moai del Ahu Tahai en Isla de Pascua

Au premier plan, les moai de l’Ahu Tahai et à l’arrière-plan l’Ahu Vai Uri

Ahu Tahai a un seul moai solitaire d’environ 4,5 mètres de haut. La figure, très érodée, montre un torse épais et un cou large, et se dresse sur la plate-forme la plus ancienne de l’ ensemble, construite vers 700 après JC.

Malgré l’énorme usure des moai au fil du temps, ils témoignent toujours de la grandeur et de la fierté des ancêtres qu’ils représentent et, d’une certaine manière, transmettent encore ce pouvoir mythique appelé mana.

Rampa pavimentada junto al Ahu Tahai en Isla de Pascua

Rampe pavée à côté de l’Ahu Tahai

Les imposantes murailles en maçonnerie sur lesquelles se dressent les plateformes sont interrompues entre l’Ahu Vai Uri et l’Ahu Tahai par une rampe pavée de pierres menant à la mer. On pense qu’ elle était utilisée pour descendre les bateaux au niveau de l’ eau.

PUBLICITÉ

Ahu Ko Te Riku

El único moai con ojos de Isla de Pascua es el del Ahu Ko Te Riku en Tahai

Le seul moai avec des yeux de l’île de Pâques est celui du Ahu Ko Te Riku

Ahu Ko Te Riku est la dernière et la plus unique des plateformes située plus au nord. Sur elle se dresse un moai unique de 5,1 mètres de haut qui a été restauré avec tous les éléments qui ornaient les anciennes statues terminées.

Il porte sur sa tête un pukao, une pièce cylindrique sculptée dans les scories rouges du volcan Puna Pau. Cette forme qui, selon différentes opinions, représente un chapeau ou un chignon en forme d’arc, a été placée durant la dernière phase de construction de l’ahu. On croit que le pukao original de ce moai a été utilisé pour sculpter la croix chrétienne trouvée dans le cimetière voisin de Tahai, mais on a pas la certitude qu’il en aurait posséder un.

Outre cette récréation, les autres statues qui conservent actuellement leur pukao d’origine sont celles de l’Ahu Nau Nau, situé sur la magnifique plage d’Anakena, et du second moai de l’Ahu Tongariki.

Le moai avec des yeux

Detalle del pukao y los ojos del moai del Ahu Ko Te Riku en Tahai Isla de Pascua

Détail du pukao et des yeux des moai d’Ahu Ko Te Riku

L’autre élément différenciant l’Ahou Ko Te Riku est qu’il soutient le seul moai ayant des yeux de toute l’île. On pense que lorsqu’un moai était installé dans son ahu, ses orbites étaient sculptées et, lors d’une cérémonie rituelle, ses yeux étaient en corail blanc avec des pupilles d’obsidienne.

A cette époque, on pensait que la statue s’animait et pouvait projeter le mana ou le pouvoir spirituel pour protéger sa tribu. Par conséquent, tous les moaïs regardent vers l’intérieur de l’île, comme à Tahai, où se trouvaient les villages avec ses habitants, et non vers l’océan.

Jusqu’à il y a peu de temps, on ne savait pas que les statues avaient des yeux. Les témoignages des premiers Européens qui ont visité l’île ne font aucune mention de cette caracteristiques des moai. Il semble donc qu’ils aient été détruits toutes les statues lors des guerres tribales. Mais en 1978, lors des fouilles du Ahu Nau Nau à Anakena, un œil de corail original a été découvert à son insu et est maintenant exposé au Musée Sebastian Englert.

La tombe de William Mulloy

Vista de la tumba de William Mulloy y su esposa en Tahai

Vue de la tombe de William Mulloy et de sa femme à Tahai

Dans la zone sud du complexe de Tahai, à environ 50 mètres à gauche de l’Ahu Vai Uri, se trouve la tombe où reposent les restes de William Mulloy. Le célèbre anthropologue venu sur l’île pour la première fois avec l’expédition de Thor Heyerdahl en 1955.

À sa mort, trois décennies plus tard, William Mulloy était devenu la figure emblématique de l’archéologie de l’île de Pâques et un grand promoteur de sa culture. Grâce à leur travail et à leur détermination, les sites emblématiques de Ahu Akivi, Tahai et le village d’Orongo ont été restaurés, ainsi que d’autres lieux.

Mulloy est décédé d’un cancer en 1978 aux Etats-Unis et peu de temps après, ses cendres ont été enterrées ici, dans sa bien-aimée Rapa Nui. À côté de lui reposent les restes de sa femme Emily Rose, décédée en 2003, qui l’accompagnait durant ses longs séjours sur l’île, mais elle a pu assister à l’ouverture de la bibliothèque portant son nom située au musée anthropologique Sebastian Englert.

En savoir plus sur le Musée Anthropologique

Sur le grand rocher rappelant Mulloy, il y a une inscription en langues rapanui, anglaise et espagnole avec l’épitaphe suivante:

En langue rapanui, il est lu: “Hai hāpī, hai haka tutu‘u i te ‘ariŋa ora, to‘ona here rahi mo Rapa Nui i haka tikea mai ai » (En étudiant et en élevant les visages vivants (moai), il nous a montré son grand amour pour Rapa Nui).

En anglais on lit: « By restoring the past of his beloved island he also changed its future » (Quand il a restauré le passé de son île bien-aimée, son avenir a également changé).

Enfin en espagnol on dit: « Grande fue, como sus obras, su amor y entrega a Rapa Nui ». (Grand était, comme ses œuvres, son amour et son dévouement à Rapa Nui)

Conseils pour visiter Tahai

Vista del Ahu Tahai y el Ahu Vai Uri por la mañana

Vue de Ahu Tahai et de Ahu Vai Uri le matin

La visite de Tahai peut se faire en louant des excursions proposées par la plupart des agences de tourisme de l’île. Le complexe de Tahai est généralement inclus dans certaines excursions d’une demi-journée, avec guide et transport, où d’autres lieux d’intérêt sont également visités.

En savoir plus sur les Excursions et les visites sur l’île de Pâques

L’autre option, la plus courante, est de le faire par soi-même, en raison de la facilité avec laquelle vous y arrivez en voiture ou à pied.

Dans tous les cas, il est nécessaire d’acheter au préalable l’entrée du parc national de Rapa Nui pour accéder au site. L’entrée est valide pendant 10 jours pour visiter les différents sites archéologiques, qui peuvent l’être plusieures fois, à l’exception d’Orongo et de la carrière du volcan Rano Raraku qui ne peut l’être qu’une seule fois.

En savoir plus sur le Parc National de Rapa Nui

Bien qu’à Tahai, il n’existe pas de guichet où le billet doit être présenté, les gardes forestiers peuvent en avoir besoin à tout moment, il est donc important de les avoir prés.

Il n’existe pas non plus de contrôle d’accès ni d’horaire d’ouverture ni de fermeture dus en partie à Tahai qui est pour ainsi dire, une grande place publique où les habitants et les visiteurs peuvent se déplacer librement à condition de respecter les règles du parc national. Un autre fait à tenir en compte est qu’il n’y a pas de services d’hygiène à Tahai pour l’utilisation des visiteurs.

Le meilleur coucher de soleil sur l’île de Pâques

Atardecer en Tahai

Coucher de soleil à Tahai

La vue sur Tahai est impressionnante à tout moment, mais comme vous pouvez accéder au site autant de fois que vous le souhaitez, nous vous recommandons de visiter cet endroit au moins deux fois, si vous restez suffisamment de temps sur l’île.

Le premier moment idéal se situe tôt le matin, lorsque le soleil illumine le devant des statues est le meilleur moment pour prendre des photos du moai et des personnes.

Le deuxième moment et peut-être le plus recherché par les touristes se produit au coucher du soleil. De nombreux voyageurs se rendent à Tahai pour regarder le coucher de soleil derrière les moais.

La lumière du coucher de soleil illumine les silhouettes des statues sur un fond qui change de couleur à mesure que le soleil se cache à l’horizon. Cela crée un moment magique et mystique inoubliable pour tout visiteur.

Comment se rendre à Tahai

Acceso desde el mirador de Tahai en Isla de Pascua

Accès depuis le point de vue de Tahai

Le complexe de Tahai est situé à une courte distance de Hanga Roa, ce qui en fait l’un des sites archéologiques importants avec un accès plus facile au public. Il est accessible en 5 minutes en voiture du centre-ville. Partez de la place Tekena Toro, continuez dans le prolongement de la rue principale Atamu Tekena et tournez à gauche sur la route de Kainga pour atteindre le point de vue plus connu de Tahai. Cet endroit est l’un des principaux accès à l’ensemble avec une vue panoramique complète.

Une autre façon de s’y rendre consiste à emprunter le même itinéraire qu’auparavant, mais au lieu de tourner à Kainga, continuez tout droit dans Atamu Tekena jusqu’à atteindre le musée anthropologique. Après 100 mètres, prenez un chemin de terre sur la gauche qui mène à un mur en pierre. Vous pouvez garer le véhicule, à côté du restaurant Te Moai Sunset, un des autres accès principaux à l’enceinte.

La dernière alternative pour y aller en véhicule et l’itinéraire le plus utilisé pour y aller à pied ou à vélo est de prendre la route côtière appelée Policarpo Toro. On part de la crique animée de Hanga Roa Otai, passez par Hanga Vare Vare et rejoignez le cimetière à côté duquel a été aménagé un parking où vous pourrez laisser la voiture. De là, vous pourrez continuer à pied ou à vélo le long du sentier qui longe la mer pour atteindre Tahai.

Carte

Mon emplacement
Itinéraires

PUBLICITÉ

Lieux à proximité

Cela peut vous intéresser…


×
Simple Share Buttons