Grottes de l’île de Pâques

Grottes de l'île de Pâques Rapa Nui

La renommée bien méritée de ces gigantesques statues a longtemps éclipsé l’une des plus grandes attractions naturelles et historiques de l’île de Pâques. Nous voulons parler des grottes bien-sûr.

Sous terre, il y a des endroits qui surprennent par leur attrait et leur histoire. Découvrir le système de grottes de l’île de Pâques vous permettra d’admirer le patrimoine géologique et culturel de Pâques sous un autre angle.

Un monde souterrain unique

Exploración de nuevas galería subterráneas cuevas de isla de pascua

Exploration de nouvelles galeries souterraines | Photo: Javier Les

Bien que les moai, l’art rupestre et d’autres vestiges archéologiques aient toujours constitué les principales attractions de l’île de Pâques pour les scientifiques, le système de grottes de l’île a récemment suscité l’intérêt de divers groupes de chercheurs. Les Nord-Américains, les Polonais et les Espagnols, entre autres, ont effectué des études récentes dans les cavernes afin de les cartographier, de les photographier et de mieux comprendre le passé géologique et humain de Rapa Nui.

En dépit de la superficie limitée de l’île, qui ne mesure que 165 kilomètres carrés, on a découvert des galeries souterraines d’une longueur totale de plus de 7 km, ce qui constitue le plus grand réseau de grottes volcaniques du Chili et l’un des plus vastes au monde.

Cet intérêt renouvelé pour les grottes, met en lumière le travail de Lázaro Pakarati et de sa famille. Pendant des années, cette famille de Rapa Nui consacre une grande partie de son temps libre à l’inventaire de toutes les cavernes qu’elle rencontre. Ils en ont catalogué plus de 800, mais on croit qu’il peut y en avoir plus de mille. Ce compte rendu détaillé sera fondamental pour l’étude et la conservation de cet important patrimoine souterrain.

Origine géologique des grottes

Tubo de lava en la caverna de Ana Kakenga Cuevas de Isla de Pascua

Tube de lave dans la grotte d’Ana Kakenga

Les éruptions volcaniques successives qui se sont produites sur l’île il y a des milliers d’années sont à l’origine d’un complexe système de cavernes. La différence de température entre les couches externe et interne de la lave qui se sont développées à la surface ainsi que les grosses bulles de gaz émises ont formé de grandes cavités et de longs corridors sous la forme de tubes.

Le grand nombre de grottes a transformé le sous-sol de l’île en un Gruyère géant. En raison de la grande porosité du sol, les eaux de pluie ne restent pas à la surface et se filtrent à l’intérieur, formant ainsi de grandes couches ou des dépôts souterrains. C’est l’une des causes de l’aridité et de la maigre végétation qui règne dans une grande partie de l’île.

Types de grottes à l’île de Pâques

Cueva de Ana Te Pora en la costa oeste cuevas de Isla de Pascua

Grotte Ana Te Pora sur la côte ouest

Le mot Ana est le terme générique utilisé dans la langue Rapanui pour désigner une grotte. Cependant, plusieures distinctions ont été faites par les anciens en fonction de leur formation géologique et de l’utilisation.

Il existe des grottes de surface avec de larges ouvertures, qui dans de nombreux cas sont des gouttières ou des affleurements rocheux plutôt que des grottes. Les plus petits sont connus sous le nom de Karava et ont été utilisés comme abri temporaire, en particulier par les pêcheurs, car la plupart d’entre eux se situent sur la côte. On peut en voir des exemples à Ahu Akahanga et sur la falaise de la plage cachée d’Ovahe.

Il existe également des grottes plus grandes et plus spacieuses, comme Ana o Tai, situées à Ahu Tahai ou Ana Havea à Hotu Iti, très proches de l’Ahu Tongariki, qui a servi de résidence, comme en témoignent les umu pae (fours à pierre) et le souvenir des légendes et traditions orales.



Dans la région de Roiho, il existe un grand système de cavernes connectées, où Ana Te Pahu se distingue. Ici, le plafond fragile s’est effondré à certains endroits en raison de l’érosion en laissant entrer la lumière du soleil et la pluie, créant ainsi des pépinières naturelles comme manavai. Cette circonstance a été utilisée pour planter diverses cultures qui servaient de nourriture à leurs anciens résidents.

Ana Kionga est un autre type de caverne. C’est le nom donné aux cavernes de refuge, qui étaient utilisées pour se cacher pendant les périodes de guerre. On pense également qu’ elles ont servies de cellules aux prisonniers des camps ennemis. Ces types de grottes ont été modifiés par l’homme en ajoutant des murs en pierre pour fortifier l’entrée et empêcher l’accès de l’adversaire.

Certaines se trouvaient dans des endroits presque inaccessibles comme les falaises du Rano Kau ou du Poike, et d’autres d’accès plus facile étaient très camouflées et permettaient de fermer les petites ouvertures de l’intérieur, réussissant à passer inaperçues à leurs poursuivants.

Dans ce type de grottes, l’ouverture est un simple trou dans le sol, comme dans Ana Kakenga, qui ne laisse à peine passer à une personne en s’ accroupissant ou même en rampant pour vous déplacer à l’intérieur des terres.

Histoire, légendes et secrets de famille

Entrada a la cueva Ana Kai Tangata una de las cuevas de Isla de Pascua

Entrée de la grotte Ana Kai Tangata

La relation des insulaires avec les grottes remonte au premier moment connu de leur histoire. Selon la tradition, lorsque le roi Hotu Matu’a débarque sur la plage d’Anakena après un long voyage, il choisit une grotte à proximité comme premier logement temporaire.

En savoir plus sur la plage d’Anakena

Au fil du temps, les grottes ont parfois servi de maison, de serre naturelle où des plantes et des réservoirs récupéraient l’eau de pluie. Plus tard, ils ont servi de cachette pour se protéger des menaces potentielles aussi bien aux tribus rivales comme aux curieux navigateurs européens arrivés au XVIIIe siècle.

Des lieux où la vie et la mort se rencontrent

Elles ont également été utilisées aussi bien comme salles de classe pour enseigner et transmettre les connaissances, les techniques de pêche ou comme sanctuaires et lieux de guérison. Dans de nombreux cas, c’était l’endroit choisi pour accoucher. Il y a encore aujourd’hui des personnes qui sont nées dans ces grottes et en sont très fières. Les habitants actuels les utilisent encore comme refuge lors de leurs week-ends à la campagne, pour pique-niquer, se protéger de la pluie ou du soleil et même pour des rencontres romantiques occasionnelles.




Enfin, les grottes ont également été utilisées comme lieu de sépulture. Des restes humains ont été retrouvés dans beaucoup d’entre elles, accompagnés d’ustensiles appartenant au défunt. Les grottes utilisées comme tombeaux sont disséminées sur toute l’île. Même des os ont été retrouvés dans le petit îlot de Motu Nui, en face de Rano Kau, tellement lié à la cérémonie du Tangata Manu.

Sur l’île de Pâques, on pense que les esprits des ancêtres, appelés aku aku ou varua, habitent l’intérieur des grottes. Il n’est pas convenable que les habitants de la province entrent dans une caverne sans demander la permission aux esprits, car ils risquent d’attirer la malchance ou un malheur. Pour cette raison, il était d’usage de faire un umu tahu ou curanto cérémoniel comme offrande aux ancêtres.

Légendes et trésors cachés

Certaines des grottes de l’île de Pâques ont été la scène de mythes et de légendes, telles que celle qui a donné naissance à l’hameçon rapanui ou mangai en os humain; ou celle d’Ana ou Keke, la caverne des vierges, où les jeunes femmes étaient retenu pour blanchir leur peau; ou celle d’Ana Kai Tangata liée au culte antique de Tangata Manu ou homme-oiseau, mais aussi à de possible cas de cannibalisme.

Pour les Rapanui, les grottes font partie de leur patrimoine. De nombreuses familles avaient (et ont toujours) des grottes en propriété. Certains étaient secrets et y cachaient des objets de valeur. Dans ces cas, seul un membre important de la famille connaissait l’emplacement exact de la cachette. Les habitants étaient si réservés que, sur le lit de mort, ils confiaient l’ endroit exact à leur héritier. Malgré cela, en raison des rares indications et de la difficulté à les trouver, beaucoup se sont perdus dans l’oubli avec leurs trésors.

Katherine Routledge et Thor Heyerdahl ont tous les deux écrit dans leurs écrits sur leur avide recherche de ces chambres secrètes avec l’aide des insulaires. Ils étaient obsédés par la recherche de matériel précieux, en particulier les tablettes uniques et insaisissables de Rongo Rongo.

En savoir plus sur les tablettes Rongo Rongo

Malheureusement, dans la plupart des cas, leurs recherches furent infructueuses. Une grande partie du célèbre livre Aku Aku de Thor Heyerdahl raconte les aventures, les émotions et les déceptions de l’auteur à la recherche de grottes et de leurs trésors.

Jusqu’à présent, les seuls trésors retrouvés sont des objets enfouis à quelques centimètres de profondeur, tels que des outils liés à la pêche, des hameçons ou des mangai, des hermines de pierre (toki), des flocons d’obsidienne, des fers de lance, des aiguilles en os, des restes de mollusques et des os d’animaux.

Des grottes ont également été découvertes avec des échantillons intéressants d’art rupestre. Peintures et pétroglyphes représentant le dieu Make Make et les figures du Tangata Manu sont les motifs les plus répétés, ainsi que d’autres liés à la fertilité. Actuellement, des vestiges intéressants peuvent encore attendre les archéologues et les surprendre peut-être à l’ avenir avec de nouvelles surprises.

Conseils pour visiter les grottes

La iluminación es básica para explorar las cuevas de Isla de Pascua

L’éclairage est fondamental pour explorer les grottes

Pour profiter pleinement de la visite des grottes, il est conseillé de se préparer un minimum. Il est nécessaire de porter une lampe de poche ou mieux encore une lampe frontale (placée sur la tête) pour laisser les mains libres en cas de besoin de se pencher. Il est également conseillé d’utiliser des chaussures de sport avec une semelle épaisse, le sol pouvant être glissant en raison de l’humidité et des fuites d’eau.
Certaines grottes ne conviennent pas aux personnes souffrant de claustrophobie car, dans de nombreux cas, il existe des conduits très étroits et étouffants. De même, la plupart ne sont pas recommandés pour les personnes très âgées ou à mobilité réduite, en raison de l’instabilité du terrain et de la difficulté d’accès.

Mieux accompagné

L’idéal est de ne jamais pénétrer seul dans une grotte, mais le faire toujours accompagné, car en cas d’accident, vous pourrez demander de l’aide. Les formes capricieuses des tunnels et des galeries secondaires qui en émergent font de certaines caves d’authentiques labyrinthe, ce qui facilite la perte. Il y a eu des cas dans lesquels les visiteurs et même les insulaires ne sont jamais revenus de leur voyage.

Bien qu’ils ne soient généralement pas visités par les touristes, par précaution pour les visiteurs aventureux, il est nécessaire de signaler que les grottes situées dans les falaises de la côte sont assez dangereuses en raison de leur difficulté d’accès et des rafales de vent susceptibles de provoquer une chute dans le vide

La visite des grottes du secteur Roiho ne peut se faire qu’à pied ou à vélo. Les véhicules à moteur sont interdits en raison du mauvais état de la route et de la faible épaisseur du sol, qui pourraient s’effondrer sous le poids du véhicule.

Circuits des grottes

La meilleure option est de réserver les visites auprès d’ une agence spécialisée qui vous fournira la sécurité et la connaissance du terrain nécessaires pour profiter de ces lieux cachés sans aucun risque.

En savoir plus sur les excursions et les Circuits sur l’île de Pâques

Sur l’île de Pâques, plusieurs agences incluent la visite des grottes parmi la variété de circuits et d’excursions qu’elles proposent. Contactez directement pour connaître plus de détails.

Les grottes plus importantes

Ana Kai Tangata grottes ile de Paques Rapa Nui

Ana Kai Tangata

C’est l’une des grottes les plus intéressantes et accessibles de l’île. Elle est située dans la zone sud de Hanga Roa, après la piste de l’aéroport en suivant la route de la côte, un peu au-delà de l’hôtel Iorana. En lire plus »


Ana Kakenga grottes ile de Paques Rapa Nui

Ana Kakenga

Dans le cas d’Ana Kakenga, la lave s’est écoulée dans la mer en sortant par deux bouches ou « fenêtres » menant directement à la falaise, raison pour laquelle elle est également connue sous le nom de « grotte des deux fenêtres ». En lire plus »


Ana Te Pora grottes ile de Paques Rapa Nui

Ana Te Pora

Sur la route de la côte nord qui relie Ahu Te Peu à Hanga Roa, il y a un petit détour au bord de la mer, un panneau vous indiquera le parc national et vous conduira à cette petite grotte. En lire plus »


Ana Te Pahu grottes ile de Paques Rapa Nui

Ana Te Pahu

Sur la route de la côte nord qui relie Ahu Te Peu à Hanga Roa, il y a un petit détour au bord de la mer, un panneau vous indiquera le parc national et vous conduira à cette petite grotte. En lire plus »


Carte

Mon emplacement
Itinéraires

PUBLICITÉ

Cela peut vous intéresser…


×
Simple Share Buttons